top of page

On a fait les 3/8!

En cette belle période d'avril où il est dit qu'il est prudent de ne pas se découvrir, ce sont les jours qui dé-filent.

Jeudi 11, c'est Carine, Marinette et Pascal, 3 de nos tireurs qui portent nos couleurs à Vernand pour le Tir du Général Guisan. Trois passes dont une répartition en 6cpc en A10, 1 groupe en 4cpc et 4s toujours en A10, puis on change de visuel pour la passe du Général pour 2e, 4cpc et 4s en B10.

Alors qu'il y a peu de citations connues du héros vaudois, il en ira bientôt de même pour les médailles de ce tir traditionnel. En effet, quel ne fut pas notre étonnement d'apprendre qu'il ne restait bientôt plus de médailles à l'effigie d'Henri et ceci suite à l'annonce de fin de l'estampilleur jurassien. Crénom d'une fontaine d'absinthe!


Ni une, ni deux, Carine et Pascal changent leur carte couronne contre le bientôt rare trophée. On ne sait jamais, des fois qu'il devienne collector, avis aux détenteurs, ne les perdez pas!


Désormais munis de leur précieux écusson, direction la fameuse buvette où la conviction générale l'emportera pour une triple potence, nous ne sommes pas venus pour rien.






Samedi 13 avril, ce sont Carine, Laurent, Richard, Marinette, Dédé, Jean-Louis et Pascal qui embarquent dans deux voitures direction Treyvaux. Attendez, voilà Sacha qui déboule in extremis avec sa camionette, c'est bon, nous sommes donc 8! Voilà pour le titre de l'article. Ben oui, on était 3 à Vernand et nous sommes 8 à Treyvaux. C'est donc un 3/8 et pas un trop/vite, malgré l'allure à laquelle Sacha nous a rejoint ce matin.


Une jolie route sous un ciel joli, comme chez Oui-oui! Sortie à la scierie, petit frisson entre les rondins, on attaque la montée, on passe derrière la grande cabane et on arrive pil-poil devant l'entrée. Merci Marinette et Laurent pour la conduite. Ensuite, on applique le rituel: prise en main des cartouches au guichet, on dépose les coins-coins dans la salle d'opération et on se retrouve tous au café pour se rassurer et se dire que ça va bien aller. Le tir est court, 12 balles; 2e, puis 2s, 3s et 5s sur A5. Maximum 50. Deux sans fautes... Richard 50 (cp98) et Sacha 50 (cp95). On passe ensuite à Marinette qui râle sur son 46 (cp84). Pascal 45 (cp98), Carine (cp88) et Dédé 43 (cp93), Jean-Louis 41 (cp87) et Laurent 36 (cp89). Les sélectionnés pour le groupe totalisent 230 points. Tir terminé, on range et apéro. Journée light, on attaque à l'eau. Et non pas "Allô, on attaque!". Quand-même quelques breuvages d'hydromel pour amorcer la fondue. Deux caquelons. Et là, stupeur, le téflon a remplacé le caquelon fonte-émail. Mais le pire viendra des fourchettes. Un jour, un gars s'est dit "tiens, on pourrait les faire en plastique", et depuis, ben il existe des fourchettes en plastique pour la fondue, ya même écrit "vacherin fribourgeois" dessus, comme pour pas se tromper avec le couteau à beurre du facteur. Longues, grises, dents rondes, on n'y pique plus rien, tout au plus on enfonce et on agglomère le morceau de pain pour que ça tienne. La touilleterie devient un voyage en gondole chinoise, pas cher, mais ça courbe et on dit au revoir à la fermeté de l'ancêtre en métal. Pour les connaisseurs, c'est un peu comme si Rocco avait un coup de mou... c'est moins dur mais du coup c'est mou. Qui dit mou, dit donc moins soif, car le mou se tache et donc il boit moins. Allez savoir pourquoi Dali passe soudain par là. Peut-être une vache ou plutôt un lama. Mais, oui, le voilà le Dali-Lama, gourou des tireurs à la fondue en moustache. Promis, c'était 2 verres pas plus, car la journée n'est pas terminée. Juste avant le fond du câquelon, nous sommes rejoints par les cousins de Bursins. Petits scores, on n'est qu'au début de la saison. Angelo tient le mace avec 47 points, c'est le tambour-major de la délégation. Fred et Tripack 45, Sergio 43, Antonio 41 et Daniel 36. Les desserts, les cafés et l'addition. Merci les sponsors, Carine/Richard et Sacha pour rendre le décompte final aussi doux qu'un chant grégorien joué par un corps des Alpes. On se lève, salut, salut, pipi, guichet marchandise, les 50 repartent avec 1,5kg, les 45 avec 400g, mais tous, oui tous, ont droit au paquet de meringues, trophée ultime que ni les Woke ni la Liza ne nous enlèverons jamais!


Retour en plaine après 1 premier pit stop à la fromagerie de La Roche pour faire le plein de crème et à la station essence pour faire le plein de jus. Quelques jours de tir en équipe, une fois 3, une fois 8, mais quel que soit le nombre toujours un plaisir. Bon dimanche.




Comentários


À l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page